Le mélange des roles : levée de fonds pour la fondation + rémunération de Bill Clinton

wikileaks.org/podesta-emails/emailid/52716 (Wikileaks, fichier joint)

Douglas Band écrit ce mémo en novembre 2011, suite à la curiosité de Chelsea Clinton qui cherche à comprendre les transferts de fonds entre la Clinton Global Initiative et la Clinton Foundation.

Il décrit succès relatif des (chers) consultants engagés pour susciter des levées de fonds pour la fondation.

Il décrit la stratégie initiales des levées de fonds, qui consistait à engager le président Bill Clinton pour des appels téléphoniques, des rencontres de charité, des conférences, après quoi Justin Cooper et Douglas Band appelait les donateurs potentiels.

Il décrit la stratégie pour couvrir le budget courant de la fondation (plus de 20 MUSD en 2011), qui consiste à transférer des fonds depuis la Clinton Global Initiative vers la Clinton Foundation. La CGI collectant des fonds grâce aux conférences de Bill Clinton et aux donations qui s’ensuivent.

Il souligne qu’en même temps que de rechercher des donateurs pour la Clinton Foundation, Justin Cooper et lui, Douglas Band, ont recherché des activités lucratives pour Bill Clinton. Et ils les ont trouvé, pour 30 MUSD depuis 2001, avec 66MUSD d’engagements futurs.

Il décrit ensuite comment les clients (de l’activité de conseil) de Teneo Holdings, qu’il a cofondé, ont contribué à apporter des fonds à la fondation :

  • Coca Cola pour 4,3 M$
  • The Dow Chemical Company 780 k$
  • UBS 540 k$
  • The American Ireland Fund 350k$
  • The All State Corporation 265k$ + 500k$ d’engagement
  • Barclays Capital 1,1M$
  • Fondation Rockfeller 4,3M$
  • Laureate 1,4M$ + 3.5M$ annuel à Bill Clinton pour être président d’honneur

Pourquoi tant d’amour des entreprises pour la Clinton Foundation ?

Pourquoi ces entreprises, qui rémunèrent déjà Teneo pour l’activité de conseil, sont-elles aussi généreuses pour la Clinton Foundation ? La description de ces dons par Douglas Band laisse entendre un système particulier.

C’est en mettant en avant l’influence du président Clinton que Doug Band, Declan Kelly (un autre cofondateur de Teneo) et Justin Cooper convainquent les entreprises :

  • de donner à la fondation ou à CGI
  • et de rémunérer le président Clinton directement à travers des conférences

« Teneo ne travaille qu’un peu avec Barclays Capital. En 2010, les associés de Teneo ont encouragé Barclays à donner 500k$ par an à la CGI, ce qu’ils ont fait depuis »

« UBSM. Kelly a présenté M. Mccan au président Clinton, puis lui a demandé de soutenir la fondation ce qu’il a fait à travers la Clinton Economic Opportunity Initiative. M. Kelly a aussi encouragé M. Mccan à proposer au président Clinton des conférences rémunérées, ce qu’il a fait »

« GEMS Education : GEMS a rencontré le président Clinton, pour lui demander d’être conseiller de leur société. Justin et moi les avons convaincus de démarrer une relation avec la fondation, ce qu’ils ont fait. Cette relation s’est transformée en relation d’affaires avec le président Clinton et en dons pour CGI »

Marc Lasry, un milliardaire plein de ressources

Notice Wikipedia

Marc Lasry  est un milliardaire américain d’origine marocaine. Il a fait fortune dans les rachats / vente de dettes et d’entreprises. En 2013, il est considéré pour le poste d’ambassadeur des USA en France.

Présenté au président Clinton en 2004, Doug Band décrit les différentes aides qu’il a apporté :

  • il organise deux soirées de charité pour la fondation chez lui.
  • il embauche Doug Band comme conseiller dans son entreprise.
  • Puis embauche Chelsea Clinton.
  • Il prête aussi son avion privé, à la fondation comme aux Clinton pour leurs déplacements personnels.
  • Il empêche la publication d’articles gênants sur les Clinton dans the Enquirer, dont il détient une part de contrôle
  • il aide Marc Mezvinsky (le mari de Chelsea) à lever des fonds pour son fonds de placement

Le double jeu : levée de fonds + rémunération Bill Clinton

En même temps que de lever des fonds pour la Clinton Foundation et la Clinton Global Initiative, Doug Band sollicite donc les entreprises pour proposer à Bill Clinton des prestations, généralement des conférences rémunérées.

  • UBS : 900 000 $ pour plusieurs discours
  • Ericsson : 750 000 $ pour un discours en Chine + 400 000 $ pour un avion privé.
  • Coca-Cola : 400 000 $ + le déplacement en avion privé pour un discours
  • Barclays : 700 000 $ pour deux discours

La question reste de savoir ce qui a pu convaincre ces entreprises de donner autant, à la fois à la fondation (on peut donc supposer une intention caritative en même temps qu’un crédit d’impots), et directement à Bill Clinton.

 

Douglas Band, l’avocat de Bill Clinton et l’homme de la CGI

Homme d’affaires et avocat américain. Né en 1972.

Interne au service juridique de la Maison Blanche en 1995, il devient en 2009 à 27 ans, l’un des plus jeunes assistants d’un président.  Conseiller et conseil juridique de Bill Clinton jusqu’en 2013.

Travaille aux ressources humaines de la Clinton Foundation. Il est un des éléments moteurs de la création de la Clinton Global Initiative en 2005.

Co-fonde en juin 2011 et préside depuis Teneo Holdings (issu de la Clinton Global Initative)

Démissionne de la Clinton Foundation en avril 2015.

wikileaks.org/podesta-emails/emailid/2874 (Wikileaks)
Novembre 2011, s’inquiète des investigations de Chelsea Clinton dans la fondation.

 

wikileaks.org/podesta-emails/emailid/52046 (Wikileaks)
Janvier 2012, alors que Chelsea Clinton continue à enquêter sur les flux d’argent entre la Clinton Foundation et la CGI, Douglas Band écrit à John Podesta que des choses peuvent être reprochées à Chelsea : « sa rémunération pour faire campagne, l’utilisation des ressources de la Fondation pour son mariage et sa vie quotidienne depuis dix ans, l’imposition des dons de ses parents,… »

 

Clinton Foundation : au coeur de la machine Clinton #CF0

 

La Clinton Foundation a été fondée en 1997, par Bill Clinton qui était alors le 42ème président des États-Unis (1993 à 2001). Il a lancé la fondation  à la fin de son premier mandat, à l’époque pour lever des fonds pour la bibliothèque Bill Clinton à Little Rock, Arkansas, et pour accompagner ses activités après la Maison Blanche. Puis la fondation a étendu ses activités dans une visée humanitaire, dans plusieurs champs d’action : Clinton Foundation, une fondation humanitaire (officiellement) #CF1

Sa fille Chelsea Clinton a rejoint la fondation en 2011 pour participer aux levées de fonds. Son épouse Hillary a rejoint en 2013 après son mandat de Secrétaire d’État. La Fondation s’est alors renommée en « Bill, Hillary & Chelsea Clinton Foundation ».

En l’état (novembre 2016), voici ce qu’on suspecte:

Hillary et Bill ont utilisé leur fondation pour collecter des fonds auprès de gouvernements étrangers et de corporations, en échange de faveurs politiques.

Les modes de paiement et qui a reçu quoi n’est pas encore complètement constatée. Mais on a déjà établi qu’au moins 3 gouvernements avaient donné à la Fondation Clinton sans motif apparent : l’Arabie Saoudite, le Qatar, et les Émirats Arabes Unis. Pour le Qatar le don a été explicitement effectué sans motif précis.

En plus de ces pays donateurs, on sait, grâce aux emails, que les Clinton et les collaborateurs de la Fondation Clinton étaient inquiets de voir leurs activitées révélées. Quand Chelsea Clinton a rejoint la fondation, elle est devenue suspicieuse, ce qui a ennuyé plusieurs collaborateurs.

Fin 2011, une partie des activités de la fondation a été restructurée et est devenu une entreprise privée : Teneo Hoaldings. Cette société a probablement été le principal engrenage de l’enrichissement personnel des Clinton.

Parmi les affaires douteuses de Teneo Holdings, une subvention du Programme de Développement des Nations Unies de 100 M$ à General Electric en 2011-2012. Et des projets de diversion d’argent depuis la branche énergie de la fondation (Clinton Climate Initiative, Initiative Clinton pour le Climat) vers les Clinton, en particulier pour Hillary, et en particulier depuis qu’elle a démissionné de son mandat de Secrétaire d’Etat.

Clinton Foundation, une fondation humanitaire (officiellement) #CF1

Champs d’action et financement de la Clinton Foundation

La Clinton Foundation déclare (source www.clintonfoundation.org) agir dans les domaines suivants :

  • réchauffement climatique : reforestation, formation des paysans, énergie verte.
  • développement économique : circuits de distribution, accès aux semences
  • droits des femmes : micro-crédits, vaccination, santé mère-enfant
  • santé publique : vaccination, prévention VIH, lutte contre la malaria
  • bien-être : obésité, lutte contre l’addiction, prévention des risques

La fondation travaille principalement en Haïti, en Amérique du Sud (Pérou, Colombie) et en Afrique (Malawi, Rwanda, Afrique du Sud).

Sources de financement

La fondation est devenue en quelques années une des plus grosses organisations à but caritatif au monde. En 2015, elle avait levé plus de 2 milliards de USD, emploie 2000 personnes et a un budget annuel de 223 millions de USD.

Bill et Hillary n’ont jamais reçu de salaire de la Clinton Foundation. En revanche, ils ont tous les deux enchaîné les conférences rémunérées sous l’égide de cette fondation, pour plus de 150 millions de USD. Par ailleurs, beaucoup de l’ancien personnel politique des cabinets des deux Clinton a été embauché par la fondation, par exemple Huma Abedin.

Les activités politiques d’Hillary ont conduit à séparer la fondation en plusieurs entités : la lutte contre le VIH est maintenant menée par la Clinton Health Access Initative (qui emploi la majeure partie du personnel de la fondation) ; la Clinton Global Initiative est devenue une entité propre.

Voici pour la description officielle des oeuvres de la Clinton Foundation.